L'Homme à la Caméra - Dziga Vertov - Cinéma Le Mélies

L'homme à la caméra

Le projet qu’il vous présente ici est une bande son du célèbre film “l’Homme à la Caméra” de Dziga Vertov. Cette dernière a été réalisée par ses soins de janvier à octobre 2009 en vue de la première partie du festival “Attack”, au cinéma “Le Méliès” à Saint-Etienne.

Dziga Vertov, réalisateur des années 20, pionnier de l’école documentaire soviètique a privilégié sur ce film le montage-mouvement en temps réel.
Après de nombreux films, animations et magasines filmés, c’est en 1929 que sort en salle “L’Homme à la Caméra”. Film muet où Vertov prône le travail du montage, du mouvement et du rhytme et fait apparaître différents effets (ralentis, accélérés, surimpression, découpage de l’écran). Le film reprend le principe, en l’intégrant à un propos plus large, de filmer une grande ville du matin au soir. C’est d’ailleurs ce “ciné oeil” qui a influencé de nombreux cinéastes avant-gardistes européens comme Richter, Jean Lods,Jean Vigo et bien plus tard Jean Luc Godard appelera son collectif de production le “Groupe Vertov” .

Ainsi, The Architect a réalisé la musique sur l’image. Il diffuse et mixe entre elles ses bandes sons en temps réel lors de la projection du film.
Son travail porte essentiellement sur le sampling pour réaliser ses “instrus», souvent tirés de vinyles. D’autres titres sont des remixs ou mixs de morceaux d’artistes divers qui l’ influencent beaucoup comme dj krush, dj shadow, dj cam, Amon Tobin, Talvin Sight et... Edith Piaf.
Les voix et samples de violoncelle sont venus se rajouter avec Caminuksuk, une «musicienne-couturière» de Saint-Etienne, pour mettre en cohésion les différentes pistes... 19 titres sont alors ressortis après de nombreuses heures de visionnage du film et de découpage de sons. Chaque «piste» développe un univers différent au gré du film avec des styles qui varient du trip hop à l’electro en passant par le classique ou le swing.

«L’Homme à la Caméra» est basé sur l’idée d’être le contraire d’un roman ou d’une pièce de théatre, c’est-à-dire sans chapitres ou sans actes: l’interprétation de The Architect, au contraire, divise le film en séquences bien determinées. Son analyse semble alors musicalement à contre-courant de ce que Vertov souhaitait, ou de la version du Cinematic Orchestra en 2000.
Il ne voulait aucune influences hormis les siennes alors il a volontairement ignoré le contexte historique du film. Il s’est concentré principalement sur l’ambiance que dégagent les images qui défilent, en créant des rythmes contrastés et une atmosphère colorée tout au long de la diffusion.
C’est donc avec passion et plaisir qu’il vous laisse dévouvrir son projet...

The Architect - L'Homme à la Caméra from The Architect on Vimeo.

0 Août 08, 2011